Métiers verts

0 étudiant

Généralités

Les métiers spécifiques, dits « verts » : ils ne devraient donc correspondre qu’à une partie relativement faible d’emplois liés à la croissance verte. Par contre, les métiers mobilisant des compétences additionnelles, liées à des activités visant à réduire les impacts environnementaux et les métiers plus anciens s’exerçant dans un nouveau contexte vont se développer considérablement. La formation continuée et l’adaptation des programmes de formation initiale sont des enjeux de court terme.

Les métiers de l’environnement : Si tous les métiers ne seront pas catalogués « verts » mais que, par ailleurs, tous les métiers devraient contribuer, à moyen terme, à la réduction des impacts énergétiques, certains métiers se développent (déjà) en lien direct avec la protection de l’environnement. On précisera qu’à ce stade, le traitement des déchets et la qualité de l’eau représentent ¾ des métiers consacrés à l’environnement.

Parmi les métiers classiques de l’environnement, on peut distinguer 4 domaines principaux :

  • Protection et gestion de la nature (par ex : technicien en environnement, paysagiste…)
  • Prévention et traitement des pollutions (par ex : analyste de l’air, technicien de traitement des déchets…)
  • Valorisation du cadre de vie (par ex : acousticien, urbaniste…)
  • Sensibilisation et éducation à l’environnement (par ex : éco-conseiller, psychologue environnementaliste…)

Les nouvelles compétences « vertes » : La volonté politique de réduire les impacts environnementaux pousse les entreprises à développer de nouveaux produits et de nouvelles techniques, de nouvelles méthodes de gestion et donc de nouvelles situations professionnelles se présentent dans bon nombre de secteurs, qui sont autant d’occasions de mobiliser sur le lieu de travail de nouvelles compétences.

Propositions pour un pilotage des compétences vertes au niveau International

On devrait considérer comme « formation verte » – qui devrait donc bénéficier de financement additionnel – tous les modules d’apprentissage visant tant l’efficacité énergétique que la réduction des impacts environnementaux, soit :

  • Sous la forme plus générale d’éducation au développement durable visant à faire comprendre le sens plus général des démarches (qualité environnementale du bâtiment) et la modification des comportements (précision des gestes, interaction entre les intervenants sur le chantier,…).
  • Soit sous la forme d’acquisition de savoirs- faire nouveaux liés à des techniques ou matériaux nouveaux.
  • Sous la forme de l’acquisition connaissances liées à des techniques, des réglementations,…

Il serait nécessaire, dans une dynamique de développement territorial (par ex au niveau des bassins de vie) de réunir, de façon permanente, les acteurs avec comme objectif de :

  • Inventorier et faire connaître les formations existantes.
  • Mutualiser les savoirs et savoir-faire.
  • Identifier les freins, faire émerger les besoins prioritaires et soutenir de nouvelles initiatives.
  • Favoriser le développement de la demande des entreprises en matière de compétences relatives à la qualité environnementale. On devrait considérer comme « emploi vert », tous les emplois existants ou émergents qui mobilisent en tout ou en partie des compétences qui contribuent à l’efficacité énergétique et la réduction des impacts environnementaux.

Dans la même dynamique de développement territorial, les acteurs devraient également prendre en charge une démarche visant :

  • Inventorier les métiers existants
  • Identifier les métiers en pénuries
  • Cerner les tendances de développement de l’emploi à court et moyen terme

En confrontant les états des lieux et les analyses territoriales de formation et d’emploi, il devait être possible de piloter le développement des compétences liées aux développements des emplois verts et d’orienter les politiques publiques avec efficience et dans le souci de la qualité de l’emploi.

liste d’activités vertes ou de domaines verts selon différents opérateurs

Ces différents référentiels, peuvent, déclinés en savoir- faire à acquérir ou compétences à maîtriser, servir de guide pour analyser les programmes de formation existants et déterminer la, partie verte de chaque programme ainsi que les emplois existants ou en devenir.

QEB (qualité environnementale du bâtiment )

(La Haute qualité environnementale ou HQE est un concept environnemental datant du début des années 1990 qui a donné lieu à la mise en place de l’enregistrement comme certification par l’AFNOR[ ; elle a notamment produit la démarche QEB en 14 cibles)

14 cibles en 2 domaines :

Domaine 1 : Impacts sur l’environnement extérieur

Eco-construction :

  • Relation des bâtiments avec l’environnement immédiat
  • Choix intégré des produits et procédés de construction
  • Chantier à faibles nuisances Eco-gestion :
  • Gestion de l’énergie
  • Gestion de l’eau
  • Gestion des déchets d’activité
  • Gestion de l’entretien et de la maintenance

Domaine 2 : Création d’un environnement extérieur satisfaisant

Confort :

  • Confort hygrothermique
  • Confort acoustique
  • Confort visuel
  • Confort olfactif Santé :
  • Qualité sanitaire des espaces
  • Qualité de l’air
      • Qualité sanitaire de l’eau

 

  • Valideo est un système belge de certification volontaire de construction durable soutenu par les partenaires du secteur)
  • Quatre thèmes de référentiel et 16 ciblesSite et construction :
    • Intégration du projet et valorisation du site
    • chantier
    • matériaux, produits
    • adaptabilité

    Gestion :

    • énergie
    • eau
    • entretien maintenance
    • déchets en exploitation

    Confort :

    • hygrothermie
    • visuel
    • acoustique
    • santé

    Valeur sociale :

    • lieu de vie
    • mobilité
    • accessibilité
    • anti- effraction
        • Bruxelles Environnement

    (Bruxelles environnement, l’ancien Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement, créé par arrêté régional en 1989)

    Huit domaines de compétences à acquérir :

    Matériaux écologiques

    Étanchéité de l’air

    Performance énergétique des bâtiments

    Passif et basse énergie

    Ponts thermiques

    Principes de ventilation

    Principes d’isolation acoustique

    Autres à définir…

 

  • Cluster CAP 2020
  • (CAP 2020 est un cluster d’entreprises de la construction reconnu en 2008 qui rassemble près de 100 entreprises : entreprises de la construction, bureaux d’architectes et producteurs de matériaux)Cinq domaines identifiés :
    • aspects de performance énergétique globale,
    • utilisation des ressources naturelles,
    • gestion de l’eau et des déchets,
    • confort
    • santé des occupants
    • occupation du territoire

Métier

Métier mobilisant de nouvelles compétences liées à des activités visant à réduire les impacts environnementaux et à l’efficacité énergétique ou métier plus ancien mais s’exerçant dans un nouveau contexte (ex. : chauffeur de bus électrique) ou avec de nouvelles compétences (ex : électricien qui maîtrise l’étanchéité à l’air).

Filières

Ensemble d’activités productives contribuant à un modèle de développement répondant aux défis énergétiques et environnementaux.

Emploi

Tout emploi qui contribue à la réduction d’impacts environnementaux, à l’efficacité énergétique et qui s’exerce dans des conditions de travail décentes (cf. déf. OIT). Exemple : les travailleurs de l’industrie automobile assemblant des voitures dites « vertes » occupent des emplois moins verts que ceux qui construisent des bus ou des vélos

Compétence

Ensemble de ressources nouvelles mobilisées dans des situations professionnelles anciennes (ex. : chauffeur de bus diesel qui maîtrise l’éco-conduite) ou nouvelles (ex. : utiliser un générateur à combustion dans le bâtiment) et liées au DD

Savoir- faire comportemental

Il constitue une dimension importante de la compétence. Il rassemble les comportements appris ou innés à la disposition de l’individu. On y distinguera particulièrement : les modes d’adaptation relationnelle et organisationnelle, les motivations qui font agir et qui déterminent un ensemble de valeurs.

Ensemble de capacités utiles acquises par une éducation au développement durable pour se comporter dans un contexte professionnel particulier en vue de réduire les impacts environnementaux et augmenter à l’efficacité énergétique : comprendre les enjeux, savoir coopérer, auto-contrôle, autonomie, précision du geste.

Formation professionnelle

La formation professionnelle est le processus d’apprentissage qui permet à un individu d’acquérir le savoir et les savoir-faire (habiletés et compétences) nécessaires à l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle.

Formation destinée à faire acquérir des compétences nouvelles (savoir-faire, connaissances et comportements) visant à diminuer les impacts environnementaux et augmenter à l’efficacité énergétique dans l’exercice d’un métier.

Formateur

0.00 average based on 0 ratings

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%
Gratuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code